La vie est mal configurée

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi, décembre 20 2013

Quota de meuf

Diverses instances de l'enseignement supérieur et de la recherche ont mis en place des quotas officieux de femmes dans les jurys de recrutement. Dernièrement, un épisode m'a bien fait rire :

Acte 1 — Une collègue me demande si je ne connaîtrais pas une femme maître de conférence ou assimilée (p.ex. chargée de recherche CNRS ou INRIA) travaillant dans une certaine thématique, pour faire partie d'un comité de sélection. Après discussion autour de moi je finis par proposer un nom. Et hop, le « quota de meuf rang B ».

Acte 2 — Une autre collègue, professeure des universités, me dit avoir été sollicitée pour être membre d'un comité dont j'identifie rapidement qu'il s'agit du même. Elle peste contre le fait de faire quota de femme rang A et n'a pas envie de voir son printemps occupé par trop de comités.

Je me demande quelle portion des professeures des universités et directrices de recherche en informatique est sollicitée pour faire quota de meuf dans les divers comités (l'avantage d'être un homme : on me fiche largement la paix).

(Remarque : peut-on parler de « poste à moustaches » avec des jurys féminisés ?)

vendredi, avril 5 2013

Un rabbin désagrégé

On m'a parfois reproché d'être méfiant quand des gens excipent devant moi de titres ou qualifications universitaires (vous vous dites professeure de philosophie ? où donc cela ?). Il semble que j'aie raison.

Lire la suite...

mercredi, avril 3 2013

Mercuriales et amalgames

Je voudrais reprendre ici une question que j'ai déjà abordée, à savoir la difficulté que j'ai parfois, en tant qu'extérieur à une discipline, à me faire une opinion sur la qualité des travaux de tel ou tel chercheur connu.

Lire la suite...

mardi, mars 19 2013

Quidquid lege dictum sit, altum videtur

170 enseignants-chercheurs de droit (droit public, droit privé, histoire du droit) ont signé une tribune s'opposant au projet de loi sur le mariage homosexuel, invoquant des risques pour les enfants. Ceci mérite réflexion, notamment quant à la place de l'intellectuel, de l'universitaire dans la société et à la légitimité de ses éventuelles interventions dans le débat public.

Lire la suite...