J’ai posté un thread agacé sur Twitter sur le fait que des choix techniques (souvent faits par d’autres que des techniciens) conduisent à une utilisation inefficace des outils numériques et à des fragilités parfaitement évitables. Le format article est plus lisible, voici donc :

Il y a bien longtemps, chez un ami, nous avions besoin d’une fonctionnalité de son traitement de textes que nous ne trouvions pas, nous avons voulu ouvrir l’aide… laquelle a mis très longtemps à s’afficher (peut être même a-t-il fallu installer un gros fichier, je ne sais plus). Vous allez me dire, qu’y a-t-il de si difficile à afficher une bête aide ? C’est que, voyez-vous, ils avaient mis une animation de petit singe dans l’écran d’aide. Et les animations, c’est lourd. Bref, pour une fonctionnalité d’utilité douteuse (un traitement de textes est destiné à des adultes et non à des enfants de deux ans, pas besoin de ouistiti), nous avons eu des difficultés à accéder à une fonctionnalité nécessaire (une aide en ligne).

Peut-être certains d’entre vous se rappellent-ils de l’accident de la fusée Ariane 5 en 1996 ? Il était dû à la réutilisation de code d’Ariane 4, devenu d’ailleurs non nécessaire avec Ariane 5, mais dont le dysfonctionnement (inadapté à Ariane 5) a provoqué l’accident.

À peu près tous les problèmes dont j’entends parler actuellement pour la mise en ligne de contenus à destination des étudiants et élèves confinés me semble relever de ce phénomène simple : vous avez des problèmes à cause de fonctionnalités non nécessaires.

Contrastons avec des systèmes qui fonctionnent vraiment, par exemple les commandes de vol électriques d’avion de ligne (quand toutefois le constructeur n’essaye pas de pipoter, hein, Boeing). lls ont une spécification de ce qu’il faut assurer, ils montrent comment elle est mise en œuvre par le système, et doivent également montrer que celui-ci n’inclut pas de choses non spécifiées. (C’est un peu plus compliqué que cela bien sûr, mais bref.)

Plus vous rajoutez des composants et des dépendances, plus vous augmentez les risques de pannes. Par exemple, si vous insistez que les étudiants doivent donner un nom d’utilisateur + mot de passe pour lire leur cours, vous êtes vulnérables à la panne du système d’authentification (vérification de noms d’utilisateurs et mots de passe). Vous direz sans doute que j’exagère… sauf que précisément, au cours des dernières années, le système d’authentification de l’université où est mon laboratoire a plusieurs fois eu des pannes, empêchant notamment l’accès au courrier électronique… Or là nous allons être en situation de surcharge avec des techniciens confinés.

De même, j’entends des histoires interminables pour la visioconférence surchargée, alors qu’en gros en général on a juste besoin d’une audioconférence (c’est sympa de voir les binettes des collègues, mais non nécessaire), plus des envois de documents.

Nos administrations envoient souvent des courriers électroniques avec un titre du type « message de Jean Dupont », Jean Dupont étant un grand chef, avec comme contenu « veuillez trouver ci-joint un message de Jean Dupont », puis attachement Word ou PDF. Quand on est sur un téléphone portable dans une zone mal desservie, ou sur un wifi branlant, on ne peut pas forcément récupérer l’énorme fichier PDF attaché… qui souvent contient juste quelques phrases qui auraient pu être mises dans le courriel. Pourquoi le fichier PDF est-il énorme ? Parfois parce qu’il contient un logo, des polices de caractères fantaisie, etc. Parfois parce qu’on a scanné une page imprimée sur laquelle Jean Dupont a signé. Quelle est la valeur ajoutée du logo et des polices de caractère, ou celle de la signature de Jean Dupont, par rapport à l’aisance de pouvoir lire le message de Jean Dupont sur un téléphone portable y compris quand on n’est pas en 4G ? Surtout quand le message n’est en fait pas important et tiendrait en quelques lignes de texte dans un courriel qui prendrait 100 fois moins de place réseau que celui avec l’attachement PDF.

Je relève que quand j’ai montré à de jeunes collègues une page de cours contenant tout ce qu’il y avait à dire, la réflexion a été « oh mais c’est moche c’est tellement 2002 ». Certes. Mais cela contient le cours. Vous voulez du moins moche ? Peut-être allez vous faire charger votre police de caractère favorite, augmentant la charge réseau. Vous allez mettre des animations — donc du Javascript, souvent un framework complet lourd à charger, plus de travail au navigateur, et descente de la batterie du téléphone portable. Le pire, c’est quand vous utilisez un système tel que tant qu’on n’a pas chargé les polices, images et Javascript, la page est difficilement lisible voire totalement illisible.

Fin de mon épisode « Marie Kondo de l’informatique ».