Mon billet sur la publicité dont jouit l’école 42 et les remarques méprisantes que certains commentateurs font à l’égard de l’enseignement universitaire a suscité des réactions. Une intéressante discussion a pris place dans ses commentaires, et j’aimerais rebondir sur certaines réactions, notamment celles de Laurent Bloch et de Loys Bonod.

Dominique Seux remarquait

« Alors, évidemment, si on était caustique, on s’étonnerait que les milliers d’enseignants-chercheurs de nos grandes universités scientifiques n’aient pas eu l’idée de lancer des formations en développement informatique. »

Cette remarque, nous l’avons vu, est absurde, vu que justement il existe de telles formations au sein des universités. Toutefois, il est possible de la modifier pour lui donner du sens :

« Alors, évidemment, si on était caustique, on s’étonnerait que les milliers d’enseignants-chercheurs de nos grandes universités scientifiques n’aient pas eu l’idée de lancer des formations en développement informatique, centrées uniquement sur la programmation, à l’exclusion de toutes les autres questions informatiques, des autres disciplines scientifiques et de toute formation générale. »

En effet, il ne me semble pas qu’il existe dans les universités de formation ne comprenant que de la programmation, ni même, au moins au niveau de la première ou deuxième année après le baccalauréat, que de l’informatique.

Relevons tout d’abord que pareille hyperspécialisation irait à l’encontre de la politique annoncée par l’actuelle ministre de l’enseignement supérieur, qui prône des licences pluridisciplinaires avec spécialisation progressive (ce qui est d’ailleurs déjà le cas en sciences à Grenoble, par exemple).

Par ailleurs, rappelons que l’État réglemente les diplômes à validité nationale (licence, master…), que pour les diplômes universitaires de technologie il y a un programme national, que les universités traversent une mauvaise période financière, avec de grandes difficultés à assurer leurs fonctions de base, et que donc la liberté que les « milliers d’enseignants-chercheurs de nos grandes universités scientifiques » auraient de lancer de nouvelles formations atypiques est très limitée ; ce n’est pas simplement une question d’en avoir l’idée.

Laurent Bloch relève, à juste titre, que les formations d’informatique, au moins au début, sont souvent couplées avec des enseignements de mathématique et/ou de physique, qui peuvent rebuter les étudiants. Il souligne notamment qu’une grande partie des élèves sortent de l’enseignement secondaire en difficulté en mathématiques.

L’enseignement secondaire français, même lorsqu’il y a des filières, comprend un très large enseignement « général », allant du sport à la philosophie. Cet enseignement est obligatoire, quels que soient les goûts et aspirations des élèves, et l’utilité, éventuellement nul, des disciplines enseignées pour leurs choix de carrière et la vie qu’ils envisagent. Il est courant que certaines de ces disciplines rebutent les élèves, qui ensuite en conçoivent un dégoût marqué et ne veulent plus les retrouver dans l’enseignement supérieur. C’est donc une question qui dépasse largement les mathématiques et la formation des « développeurs ».

Voyons toutefois le cas particulier de l’enseignement de l’informatique. Il est possible de se focaliser sur la programmation (éventuellement en se spécialisant sur tel ou tel langage, telle ou telle technologie Web, etc.) et d’ignorer tout le reste. L’inconvénient d’une telle formation est qu’elle mentionnerait des outils sans pour autant expliquer comment ceux-ci fonctionnent, alors que souvent, en informatique, il faut avoir une certaine connaissance (non détaillée) du fonctionnement interne des outils pour les utiliser efficacement. Par exemple (je m’excuse d’avance pour mes lecteurs non informaticiens si je deviens technique), les bibliothèques standard des langages de programmation modernes proposent des implantations efficaces des notions d’ensemble et de fonction à support fini, par arbres binaires, par tables de hachage, voire par liste ou tableau d’association. Chacun de ces cas correspond à certains usages, mais il est impossible de le savoir si on les utilise comme des « boîtes noires » sans chercher à comprendre leur fonctionnement. La conséquence probable d’une utilisation aveugle et « bricolée » sera un logiciel qui fonctionnera bien sur de petits jeux de données mais dont les performances se dégraderont très vite lorsque les données seront plus grandes. Il en est de même de la conception d’une base de données sans comprendre un peu le fonctionnement interne d’un moteur de bases de données.

En raison de cela, les formations classiques en informatique comprennent non seulement de la programmation, mais aussi de l’algorithmique et d’autres matières. Traditionnellement, l’enseignement de l’algorithmique s’appuie sur des démonstrations mathématiques, notamment des preuves par récurrence. De telles démonstrations passent au-dessus de la tête de bon nombre d’étudiants actuellement en informatique à l’université, et on leur substitue donc souvent des explications « avec les mains » (par exemple, on peut montrer la complexité en n log n du tri fusion par un petit dessin). De même, on peut expliquer les bases de données relationnelles avec des raisonnements ensemblistes, mais il est sans doute possible de limiter l’usage du vocabulaire mathématique. Il y a toutefois des limites qu’on ne peut pas dépasser en matière d’incompréhension mathématique sans entraîner l’incompréhension informatique.

On le voit, la question posée par 42 n’est pas seulement celle de l’école sans enseignant (il existe depuis longtemps des méthodes de langues, de musique etc. destinées à l’apprentissage sans enseignant, et personne ne s’en émeut). Elle est plutôt celle d’un apprentissage très étroit, produisant en quelque sorte des ouvriers du tertiaire avec peu de recul sur leur activité. Or, tandis que certains la couvrent de lauriers dans les médias, d’autres (voire parfois les mêmes) déplorent le « cloisonnement » des disciplines universitaires et des formations ; clairement les universitaires subissent des injonctions contradictoires !