Le débogage informatique, c’est difficile : il faut des connaissances techniques, une tête froide, beaucoup de logique, de méticulosité... et même d’inventivité, car il faut imaginer l’inimaginable. D’ailleurs, les étudiants, même dans des filières très sélectives, ont souvent beaucoup de mal à s’y mettre.

Je conseille le récit de cette recherche de bug, mettant en jeu Ahrefs, une entreprise avec des racines en Ukraine, des bureaux à San Francisco et son siège à Singapour, les développeurs d’OCaml, de l’INRIA et d’autres organismes, et enfin Intel, le géant des microprocesseurs. C’est quasiment une enquête policière… on perçoit les abîmes de perplexité des personnes impliquées.

On peut aussi consulter la page de suivi du bug chez OCaml, la liste des errata de ces processeurs chez Intel, les notes accompagnant le paquet Debian fournissant un microcode supprimant le bug, qualifié de nightmare-level; et (merci à mes lecteurs) un billet de Xavier Leroy.

PS J'ai un ordinateur portable avec un des types de processeurs concernés et j'ai eu des exécutions OCaml (la compilation de Coq) qui échouaient mystérieusement avant de réussir. Je n'avais pas creusé !