Les réseaux sociaux ont beaucoup bruissé hier de cette attaque du député Jean-Luc Mélenchon envers le député et ex-collègue Cédric Villani :

Il y en a quand même, ils [ne] sont au courant de rien, donc quand on va leur expliquer… Non mais il y a des braves gens là-dedans ! Il y a des braves gens ! Bon il y a beaucoup de DRH, des gens comme ça qui ont une conscience sociale assez faible (pas toujours, hein !), mais il y a beaucoup de…[fait des moulinets avec sa main au dessus de sa tête] des chercheurs, des intellectuels, des chais pas quoi… J’ai vu le matheux là, je vais lui expliquer ce qu’est un contrat de travail, il va tomber par terre ! Parce qu’il [ne] le sait pas, tout simplement, il [ne] sait pas ce qu’il y a dedans ! Il ne sait pas que la journée de huit heures, c’est cent ans de luttes ! Le gars il croit que ça a toujours été comme cela !

Cédric Villani a répondu ainsi :

Cher @JLMelenchon, Directeur de l'IHP, j'en ai vu des contrats de travail... mais c'est tjs un plaisir de recevoir des cours particuliers !

Beaucoup de choses ont été dites suite à cette passe d’armes, mais je voudrais donner quelques points factuels.

L’image d’Épinal du chercheur est un être quelque peu fantasque et déconnecté du réel, à l’apparence excentrique, distrait et pas fait pour gérer des réalités terrestres, comme Tryphon Tournesol. Cédric Villani a d’ailleurs abondamment joué de son apparence pour construire sa présence dans les médias — bien entendu, la plupart des chercheurs, fussent-ils en mathématiques, ont une allure bien plus passe-partout. Au-delà de ces aspects superficiels, qu’en est-il réellement ?

En 2017, un chercheur qui veut disposer de moyens doit répondre à des appels à projets de recherche, pour lesquels on lui demande la présentation d’un budget, qui peut faire apparaître des coûts salariaux. Je passe à mes lecteurs la liste détaillée des amusants aspects extra scientifiques à prendre en compte — amortissement du matériel, cotisation ou absence de cotisation chômage, calculs de gratifications de stage, TVA, partage de propriété intellectuelle, règlement financier de l’appel à projet, etc. Très souvent, le chercheur n’est guère aidé pour cela par les services administratifs et doit donc apprendre « sur le tas ».

Quant à un directeur d’unité tel que Cédric Villani, si normalement ce n’est pas lui qui signe in fine le contrat de travail au nom de l’établissement, c’est parfois lui qui organise les recrutements de contractuels (cela peut aussi être un chef de service ou de projet qui le fait), et bien sûr il voit normalement passer pour approbation tous les contrats de travail des contractuels rattachés à sa structure. Là encore, je passe à mes lecteurs la complexité de la gestion administrative et financière d’une unité avec plusieurs tutelles, chacune ayant ses propres marchés publics, ses propres particularités d’emploi.

Bien entendu, cela ne fait nullement du chercheur, fût-il directeur d’unité, un fin connaisseur des aspects financiers et administratifs ou du droit du travail des fonctionnaires et des contractuels de la fonction publique. En même temps, il est bien forcé de s’y intéresser un tant soit peu, sauf à aller au devant de graves problèmes...

(Sinon, il me semble bien que les luttes sociales étaient au programme d’histoire du baccalauréat C du temps où Cédric Villani l’a passé ; cela sans présager de son attention sur cette partie du programme.)