Le journaliste du Monde Pierre Barthélémy appelle la Science à « faire le ménage » des revues scientifiques bidons. Comme dans mon billet précédent, je déplore la confusion entre deux problèmes à mon avis distincts.

Le premier problème est le lancement, à des fins de rentabilité financière, de conférences et revues « scientifiques » qui invitent des orateurs ou publient des articles sans qu’il n’y ait d’évaluation scientifique (ou, ce qui revient au même, avec une évaluation sciemment ignorée).

Il convient ici de rappeler que ni la science ni l’édition scientifique ne sont des professions réglementées, comme le sont par exemple la médecine ou la pharmacie. N’importe qui peut se dire philosophe, sociologue, astrophysicien… et d’ailleurs les médias, dont le Monde, ne se privent pas de présenter comme des scientifiques des individus qui ne jouissent d’aucune reconnaissance de la part de la communauté scientifique. De même n’importe qui peut fonder une « revue scientifique », et la communauté scientifique n’a pas plus de moyen de faire fermer celle-ci qu’elle n’en a d’interdire aux télévisions et aux magazines de faire se parader des charlatans.

Les revues et conférences totalement bidons, sans vrai comité scientifique, sont en dehors de la communauté scientifique. Tout ce que celle-ci peut faire à leur égard, c’est de ne pas tenir compte de leurs articles et présentations dans l’évaluation des curriculum vitæ de chercheurs ou des demandes de financements. C’est déjà très largement le cas.

Un second problème, distinct dans ses processus comme dans ses conséquences, est l’existence de revues en apparence sérieuses — notamment, munies de comités d’universitaires appartenant à des organismes réputés et bénéficiant d’autres signes extérieurs de réputation (grade élevé, invitations…). C’est ce que visaient les canulars Sokal et Tremblay.

Une telle revue ne peut exister qu’avec des soutiens dans la communauté scientifique, voire l’existence de toute une école de pensée et d’équipes de recherche liées. Le problème n’est donc plus celui d’une publication, mais de toute une communauté. Si telle revue n’est pas sérieuse, alors il en est de même de son directeur éditorial… mais que dire alors de ceux qui l’ont promu à son poste universitaire ? Les ramifications et les implications humaines sont importantes.

Ces sujets sont d’autant plus délicats que la mise en lumière d’un manque de sérieux chez certains auteurs, dans une certaine école de pensée… peut être perçue comme une attaque globale sur une discipline entière, voire un groupe de disciplines. On se rappellera par exemple la polémique intense ayant suivi la sortie d’Impostures Intellectuelles, perçu comme une attaque de physiciens étrangers contre les sciences humaines et sociales françaises. Une telle critique est inaudible pour ceux qui devraient l’écouter.

Que faire ? Je ne le sais pas. Et vous ?