Dans l'émission On n'est pas couché du 25 mars 2017, le député Hervé Mariton a expliqué, afin de minimiser les turpitudes de certains parlementaires, que ceux-ci sont moins bien payés que les professeurs des universités, et que la plupart de ces derniers ont des activités complémentaires rémunérées. Rappelons quelques faits.

Un député (hors cas spéciaux : président, vice-présidents, questeurs, mieux rémunérés) gagne environ 7200€ bruts mensuels. Le traitement brut mensuel d'un professeur des universités varie, suivant le grade et l'ancienneté, 3200€ et 6200€, auquel on ajoute environ 1000€ annuel de prime d'enseignement et recherche. Encore faut-il signaler que ce traitement à 6200€ est en toute fin de carrière pour les professeurs de classe exceptionnelle, grade qui, comme son nom l'indique, est exceptionnel.

Peuvent, dans certain cas, s'ajouter à cela une prime d'encadrement doctoral et de recherche (3500€ ou 7000€ par an, 15000€ pour les titulaires de prix Nobel et d'autres hautes distinctions scientifiques) ou d'autres primes, par exemple pour la gestion d'un projet du Conseil européen de la recherche (ERC), ces projets étant attribués au terme d'un processus très compétitif. Peuvent également s'ajouter des heures complémentaires d'enseignement, ou encore des intéressements lorsque l'activité du chercheur a produit des brevets ou licences de logiciels commercialisées.

Bref, pour qu'un professeur des universités atteigne la paye d'un parlementaire de base, sans cumul avec d'autres activités, il faut une configuration rare : un professeur de classe exceptionnelle qui cumule avec des primes difficiles à obtenir (par exemple, Cédric Villani, médaillé Fields, doit effectivement toucher plus de 7000€ par mois). On comprend donc en quoi les affirmations de M. Mariton sont trompeuses, puisqu'elles présentent un cas exceptionnellement favorable comme représentatif de la profession.

Ajoutons que les professeurs des universités sont une minorité parmi les enseignants à l'université. Parmi les personnels permanents, ils ne représentaient en 2010 que 27 % environ, alors qu'il y avait 53 % de maîtres de conférence et 20 % d'enseignants du second degré, ces deux dernières catégories étant moins bien payées. Une grande partie des enseignements sont par ailleurs assurés par des enseignants temporaires, notamment des vacataires, parfois précaires, et en tout cas encore moins bien payés.

M. Mariton prétend également que la plupart des professeurs des universités ont des activités complémentaires. J'ignore si c'est le cas, mais il faut ici rappeler qu'au sens du droit de la fonction publique, il suffit d'une seule heure de travail rémunéré en dehors de l'emploi principal pour qu'on parle d'« activité complémentaire » nécessitant l'autorisation de l'employeur ; donc un professeur d'université qui donne une fois l'an une conférence rémunérée dans une grande école et quelques heures de cours dans une autre, le tout pour quelques centaines d'euros, sera considéré comme ayant deux activités complémentaires. Ceci est bien évidemment sans rapport avec les montants dont on discute en matière de rémunérations des parlementaires.

Pour des rémunérations complémentaires en dizaines de milliers d'euros annuels, je vois surtout les activités de consultant (je ne connais personne dans ce cas) et l'exercice libéral (avocats..) des professeurs des universités en droit et matières proches. Là encore, on ne peut décrire comme un fait majoritaire ce qui ne relève que d'une minorité.

On pourrait mettre sur le compte de l'ignorance pareilles affirmations. M. Mariton, en effet, est membre d'un parti dont les soutiens les plus vulgaires considèrent que les fonctionnaires sont des privilégiés surpayés, il ne ferait que reprendre, sous une forme certes plus polie (il est polytechnicien), le même genre de slogans. Or, son épouse est elle-même chercheuse et à ce titre sait sans doute fort bien à quoi s'en tenir concernant la rémunération des professeurs des universités. Je suis donc bien forcé de considérer la possibilité qu'il ait sciemment menti à des fins démagogiques.

PS Mon propos n'est évidemment pas que les professeurs des universités sont particulièrement à plaindre au regard du reste de la population française, mais seulement de redresser des affirmations trompeuses sur un sujet que je connais. Il me semble très probable que les allégations de fraudes aux aides sociales soient du même acabit — l'assimilation d'un cas minoritaire à la majorité ; mais je ne connais pas le sujet.

PS² On m'évoque les hospitalo-universitaires. C'est un sujet que je connais mal (il me semble qu'ils cumulent une rémunération d'enseignant-chercheur, une de pratique hospitalière, et d'éventuels exercices libéraux, mais je peux me tromper), mais qui ne concerne de toute façon qu'une minorité des professeurs des universités.