Vendredi dernier, Mme Geneviève Fioraso, députée de l'Isère et surtout ancienne ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, prononçant une petite introduction inaugurale avant l'exposé de Guillaume Poupard, a remarqué que les dirigeants politiques avaient suscité la création de trop de nouvelles structures et a souhaité que les universitaires soient plus sages.

Ces propos font écho à d'autres de la même Geneviève Fioraso, inaugurant le laboratoire d'excellence Persyval, où elle faisait remarquer qu'on avait créé beaucoup, peut-être trop de nouvelles structures (LABEX, IDEX, etc.).

Je ne peux m'empêcher de me demander pourquoi et comment des dirigeants politiques en viennent à expliquer qu'ils ont pris de mauvaises décisions comme s'il s'était agi d'une fatalité, de décisions extérieures à eux.

J'aurais aimé que Geneviève Fioraso explique — bien entendu pas lors de ces inaugurations, ce n'était pas le sujet — pourquoi elle a mené cette politique qu'elle semble regretter et qui a abouti à des mille-feuilles administratifs.