Dans mon livre, en marque-page, un prospectus pour un magnétiseur. Étrange, non ? Je l'ai trouvé à Plombières-les-Bains.

Plombières-les-Bains, jadis station cossue de la bourgeoisie du IIIe Empire, garde de l'époque dorée du thermalisme des vestiges grandioses hélas parfois en bien mauvais point. Il semble que les curistes, de nos jours, y cherchent le soulagement de douleurs — et quand la médecine et les eaux échouent, arrivent les magnétiseurs. Peut-être après-tout ne sont-ils pas moins efficace que les placebos que nous prenons pour divers maux.

J'ai gardé de cette ville une impression de désespoir. Désespoir de ceux qui souffrent et sont prêts à essayer n'importe quoi pour ne plus souffrir. Désespoir de la municipalité, qui avait programmé un festival musical à la programmation incongrue par rapport au public plutôt âgé de la ville — un ersatz de Jack White jouait du rock minimal dans l'indifférence générale.

La dégustation d'une glace « plombière » artisanale apporta l'indispensable touche sucrée dans cette amertume.