À ma connaissance, le plus grand centre de recherche de Grenoble (j'exclus ici les établissements d'enseignements, qui ont des enseignants-chercheurs et non des chercheurs) est celui du Commissariat à l'énergie atomique (CEA), dont les chercheurs ne sont justement pas fonctionnaires. Mais passons.

On peut également ironiser sur le fait qu'une journaliste qui était déjà en poste alors que je n'étais pas né peut affirmer sérieusement, en somme, qu'on ne peut pas être brillant toute une vie.. affirmation qu'elle ne semble pas envisager de s'appliquer à elle-même.

On peut également se demander comment cette dame a pu se rendre compte que les chercheurs hantaient les clubs de ski et de tennis au lieu de travailler, sauf à y être elle-même assidue aux mêmes horaires. Mais venons-on au fond.

Lorsqu'un chercheur acquiert un de ces postes de fonctionnaire avec la sécurité de l'emploi à vie dont on nous parle tant, c'est en général un poste d'enseignant-chercheur, plus rarement un poste de chercheur (plus rares et globalement d'accès plus sélectif). Le jeune enseignant-chercheur se voit immédiatement demander d'enseigner beaucoup, d'organiser et d'administrer l'enseignement (dans certains établissements, on prévoit une « montée en charge » progressive, mais ce n'est pas le cas partout, loin de là). Dans ces circonstances, en effet, certains enseignants-chercheurs perdent pied côté recherche — il faut dire qu'on ne les aide pas. Cela ne veut pas dire qu'ils ne travaillent pas — gérer l'intendance de l'enseignement, préparer soigneusement les cours, se battre contre l'aberrante administration universitaire, tout cela prend du temps.

Bien loin des affirmations sur le ski et le tennis, il faut également rappeler qu'à l'âge où l'on obtient un poste permanent d'enseignant chercheur (26 ans si on est très rapide, mais souvent 35 ans…), il est temps d'avoir des enfants, si on envisage d'en avoir. Évidemment, quand on a des enfants, on ne peut plus trop se permettre de rester jusqu'à 22 h au laboratoire, sauf à avoir un conjoint, ou, plutôt vu le fonctionnement de la société, une conjointe, qui ne travaille pas et/ou qui n'a pas de vie personnelle en dehors de sa famille.

Du point de vue de la recherche proprement dite, il faut rappeler que les chercheurs plus âgés doivent assumer diverses tâches de gestion plutôt prenantes : direction d'équipe, direction de thèse, commissions et conseils divers. On le sollicite beaucoup pour évaluer le travail d'autres chercheurs. Ils doivent batailler contre l'administration — beaucoup d'interruptions pour des problèmes qui devraient se résoudre d'eux-mêmes. S'ils ont une certaine reconnaissance scientifique, on les sollicite pour des exposés invités ici ou là, des activités de « dissémination », de relations industrielles, etc.

Enfin, la recherche est de nos jours souvent financée sur contrats, c'est-à-dire non pas sur des budgets récurrents de fonctionnement, mais sur des projets qu'il faut proposer à divers organismes, notamment l'Agence nationale de la recherche. Cela veut dire un long temps de rédaction du projet, de coordination entre partenaires, de montage financier. Très peu de projets sont acceptés, de sorte qu'il faut recommencer des propositions. Et si un projet est accepté, il reste à le gérer, avec là encore les batailles contre l'administration sous toutes ses formes (par exemple, devoir passer après les services juridiques pour vérifier qu'ils n'ont pas fait de bêtises).

Bref, si les chercheurs plus âgés font moins de recherche, c'est sans doute en bonne partie parce qu'ils ont autre chose à faire dans le cadre de leur travail, et non parce qu'ils vont au ski ou au tennis… Des chercheurs qui « sèchent » leur travail pour du temps de loisir et sont non productifs, j'en connais, certes… un. Je suppose que tout corps de métier a ses fumistes. Je ne trouve pas raisonnable de blâmer toute une profession pour quelques pourcents.

Il faut par ailleurs tordre le cou à cette idée qu'en recherche, on est forcément mort pour la science active à 35 ans. Je connais des chercheurs de 45, 50, 55, 60, 65 ans voire plus très actifs.

Enfin, quelques remarques sur le statut de fonctionnaire. Peut-être qu'en effet, le statut de fonctionnaire est inadapté pour les chercheurs du CNRS et qu'il faudrait en revenir à un statut contractuel comme avant 1983. Peut-être qu'il faudrait un corps unique d'enseignants-chercheurs, avec taux variable d'enseignement. On peut débattre de tout cela, mais pas en des termes démagogiques, voire poujadistes, comme ceux de Mme Pilichowski.

PS : Afin de dissiper toute ambiguïté, je tiens à signaler que je ne fais ni ski ni tennis, et qu'en revanche, bien qu'ayant hélas dépassé l'âge de 28 ans, on s'accorde généralement sur le fait que je suis actif en recherche.