La droite, en France et ailleurs, a une antienne : la gauche est dépensière, tax and spend comme disent les américains — elle taxe beaucoup pour dépenser pas toujours à bon escient, au lieu de laisser les citoyens dépenser leur argent durement gagné sur ce qui leur importe réellement. Selon elle, l'État devrait se recentrer sur ses missions principales, notamment régaliennes.

À Grenoble, la majorité écologistes – Front de Gauche menée par Éric Piolle a souhaité mettre fin à diverses subventions, dont :

  1. Celle d'un million d'euros à l'association gérant le Palais des Sports, où étaient notamment organisée une manifestation sportive, les « six jours de Grenoble », depuis réduits à trois jours.

  2. Celle de 438000 euros à l'orchestre baroque les Musiciens du Louvre.

La réaction de Matthieu Chamussy, tête de l'opposition municipale UMP ? Pétitionner en faveur du maintien de subventions.

Il faudrait tout de même savoir. L'entretien d'un orchestre baroque de réputation internationale ne fait pas partie des missions centrales d'une municipalité (voirie, écoles, crèches, éventuelle police municipale).

Au vu de pareille incohérence, on peut se demander quelles sont les « dépenses inutiles » dans lesquelles certains prétendent vouloir tailler s'ils revenaient au pouvoir…