Lors de discussions politiques ou sociales, et singulièrement celles autour du mariage des homosexuels, certains font appel à la notion de « nature » ou de « loi naturelle ». Leur propos n'est pas forcément très clair, mais il s'agit généralement d'établir qu'ils défendent une sorte de loi universelle des sociétés humaines contre l'introduction de constructions artificielles.

On peut faire différentes objections quant à pareille prétention. Tout d'abord, qu'y a-t-il de « naturel », dans le monde qui nous entoure ? Naturellement, l'homme se déplace en marchant à une vitesse d'environ 5 km/h (et encore, si le terrain est bon et pas en pente), tandis que des automobiles nous emmènent à 130 km/h et des avions à 980 km/h ; très clairement ces derniers nous donnent une échelle peu « naturelle » des temps et distances. Naturellement, l'homme décède de diverses maladies ; la survie d'un malade d'Ebola à l'aide de solutés de réhydratation (pour ne pas parler de techniques complexes telles que la chirurgie sur les fœtus) n'est pas naturelle.

Ensuite, ces prétentions à l'universalité ont un relent du fameux « de tout temps », qui fait hurler les enseignants d'histoire. De tout temps, en tout lieu, dans toutes les sociétés, y compris celles que nous ne connaissons pas ? On doit souvent comprendre « dans les sociétés occidentales au cours des 150 dernières années »… Et l'énonciateur du principe faussement universel devra rejeter comme « perversions » ou « exceptions » les exemples de sociétés qui ne sont pas organisées comme il le prétend.

Relevons enfin que l'argument de la « nature » supposée des catégories d'êtres humains a été naguère employé a des fins que nous considérons aujourd'hui comme abusives. La nature des noirs était censée être primitive, indolente, incapable de pensée complexe, et donc on estimait naturelle leur domination par les blancs. Quant aux femmes, on estimait que, par leur nature, elles devaient se consacrer aux tâches du foyer et ne pas intervenir dans les affaires de la Cité…

Pour toutes ces raisons, je me méfie considérablement quand des gens prétendent défendre la « nature » dans le cadre des relations sociales.