C'est bien connu, il ne faut pas lire les commentaires des journaux ou des blogs de journalistes, et celui de Jean-Dominique Merchet ne fait pas exception. Là, j'aimerais toutefois faire remarquer un florilège…

« Arrêtons de parler… de cette affaire. Ce sont les meneurs de la Gauche écolo qu il faut punir , pas les forces de l'ordre. »

Cécile Duflot ?

« Officier de gendarmerie, sociologue (auto-proclamé ?) »

Une recherche rapide dans le catalogue en ligne des thèses françaises montre un doctorat en sciences politiques soutenu en 2004. Il est vrai qu'il ne s'agit alors pas de sociologie.

« C'est d'ailleurs en tant que chercheur au CNRS (excusez du peu) qu'il a écrit des articles lui valant des sanctions disciplinaires militaires »

Pas de Matelly actuellement dans l'annuaire du CNRS. De toute façon, on ne peut être chercheur au CNRS et officier en même temps, selon le principe qu'on ne peut avoir deux emplois publics à temps plein. M. Matelly est chercheur associé dans une unité du CNRS, c'est-à-dire une personnalité extérieure invitée à participer aux travaux. Pardonnez mes pinaillages professionnels...

« Je ne savais pas que le CNRS faisait des recherches sur les grenades offensives... De Gaulle : " des chercheurs qui cherchent on en trouve, mais des chercheurs qui trouvent, on en cherche".  »

Il semble que Charles de Gaulle n'ait jamais prononcé cette phrase. De toute façon, Charles de Gaulle devait être content des chercheurs français, qui lui avaient préparé la bombe atomique nécessaire à sa politique de grandeur. Quelle contribution à la science ou à la technologie a fait cet internaute ?

(Et oui, sinon, évidemment que le CNRS étudie les explosifs, par exemple dans cette équipe. Il me semblerait également parfaitement normal qu'il étudie les doctrines d'emploi des armements.)

« Quand notre Allende national sera coincé a l'Élysée avec quels moyens le dégagerons nous...avec les 2 ou 3 chars du GBGM de Satory qui ne seront pas tombes en panne? »

Oui, vous avez bien lu, le commentateur envisage la possibilité d'un coup d'état (militaire sur le modèle de celui qui a porté Pinochet au pouvoir au Chili avec la mort du président Allende ?).

« Il n’est pas exclu qu’un pareil engin [explosif improvisé] soit à l’origine du décès de ce malheureux. »

Admirons comment un commentateur émet des supputations complètes sur un mort, qui n'est pas là pour se défendre. La formule « il n'est pas exclu » est souvent le comble de la lâcheté : elle permet d'exprimer des soupçons sans rien fournir pour les étayer tout en se défendant de porter ouvertement une accusation. Ce commentateur devrait toutefois prendre garde au fait que l'article 29 de la loi de 1881 sur la liberté de la presse punit comme diffamation « toute imputation d'un fait qui porte atteinte à l'honneur et à la considération […] même […] sous forme dubitative ».

Pendant longtemps, les médias ont expliqué que sur Internet, avec les blogs, Wikipédia, tout ça, c'est n'importe quoi. Pour moi, la pire poubelle ce sont souvent les commentaires des sites de presse et de journalistes professionnels hébergés sur des sites de presse.

PS Pour plus de détails juridiques de fond, on se rapportera au blog de Jean-Hugues Matelly.