Dans son numéro du 9 juillet 2014, page 4, le Canard Enchaîné évoque divers errements du patron de la fédération PS du Gard : par exemple, le recours aux services d'entreprises dont des membres de sa famille sont actionnaires. Cependant, ce qui est mis en exergue, et qui fait le plus se moquer le volatile, c'est que ce monsieur gère un sex-shop en ligne — c'est d'ailleurs ce qui a été retenu pour l'accroche publiée en « une » du journal.

Un sex-shop ! Quel scandale, en France, en 2014 !

Ceci n'est pas sans rappeler comment certains ironisaient sur le fait que Xavier Niel, le patron de Free, avait jadis travaillé dans le « Minitel rose », et que Jimmy Wales, co-fondateur de Wikipédia, avait travaillé pour une entreprise diffusant du porno-soft... comme s'il s'agissait de commerces honteux. En effet, quelle honte que de vendre aux gens de quoi s'amuser sans nuire aux autres !

Le Canard Enchaîné aime brocarder les dignitaires religieux et leur propension à vouloir régenter les mœurs des populations, y compris celles ne partageant pas leur foi. Il n'en reste pas moins qu'il a lui-même des réflexes de bon beauf franchouillard. On tolère les sex toys comme naguère on tolérait les homosexuels : en se réservant le droit de rires bien gras.