Je suis membre du comité éditorial d'une conférence ayant lieu en Corée, et vais me rendre sur place notamment pour animer une session.

Le CNRS me demande de remplir un dossier de mission pour pays à risque, avec mention des personnes à prévenir en cas de problème, qui sera examiné par un service dirigé par un ancien général de l'Armée de l'Air.

Cela me donne un petit frisson : et si Kim Jong-un, lassé de skier, décidait d'attaquer Séoul ? Risqué-je de finir carbonisé ou dans un camp de redressement pour ennemis du Juche ? On me croyait professeur Tournesol, serais-je professeur Mortimer ?

(Un jour peut-être je raconterai ici comment je me suis évadé d'une ville andine tenue par des grévistes armés de dynamite à l'aide d'un petit avion.)