J'entends des collègues ou des doctorants de diverses disciplines expliquer que, certes, la durée réglementaire des thèses est de 3 ans, mais que dans leur discipline, houla, c'est impossible de faire un travail de qualité en si peu de temps.

Ce que je constate, en informatique, dans mon voisinage, c'est qu'en 3 ans (+ 6 mois de master recherche), on a au mieux (sauf cas exceptionnels) le temps de comprendre un peu ce que l'on fait (sans forcément comprendre d'autres approches pourtant proches), et d'avoir programmé un outil pas trop robuste et qui passe des exemples sélectionnés (très loin d'un outil industriel). Je pense que c'est un peu court et qu'il faudrait 4 ans.

Si on se mettait à exiger une compréhension des tenants et aboutissants, et un outil robuste, peut-être faudrait-il 8 ans pour faire une thèse. Mais alors, on ne trouverait personne pour faire un doctorat.

Je me demande donc si le problème des disciplines qui se considèrent comme « spéciales » en raison de la « profondeur du travail » qui y serait nécessaire n'est pas tout simplement qu'elles exigent trop. Je soupçonne que, dans n'importe quelle discipline ou presque, si on exige un travail profond et un mémoire long qui fait le tour de la question et des sujets connexes, on dépasse les 3 ans (sauf peut-être en mathématiques : j'ai l'impression que certaines thèses sont du type « j'ai démontré ce truc vachement dur, voici la démonstration en 80 pages, affaire classée »).

La vraie exception me paraît être les disciplines où il y a des impondérables matériels. On me cite souvent la difficulté de l'accès aux archives historiques ou aux documents en bibliothèque ; mais il me semble qu'en sciences expérimentales, il y a divers impondérables (le matériel qui casse, les animaux qui ont un problème...), et c'est encore bien pire en sciences de terrain (où on a tout : les problèmes de transport, le matériel détruit par inconscience, malveillance ou animaux, les ennuis administratifs, les prestataires en retard...).