Marc Gaillet, évêque de Bayonne, Lescar et Oloron :

Les évêques de France montent au créneau contre le projet de loi sur l'avortement,le Pape François bénit la marche pour la vie du 19 janvier.

Cette affirmation confirme la thèse que j'avançais en commentaire sous un billet précédent : l'Église catholique veut faire de la politique, sans pour autant en accepter les règles (à savoir, accepter de voir examiner en détail les racines de son idéologie, son histoire, etc.), tout examen de ce type étant assimilé à de la « christianophobie », « cathophobie » ou « anticléricalisme primaire ». Difficile de se réclamer à la fois du spirituel et du temporel...

Il semble probable que si les évêques et les organisations catholiques s'abstenaient de prendre des positions concernant les lois (qui s'appliquent à tous, et non aux seuls catholiques, par la coercition et non la conviction) et d'ainsi se comporter comme une organisation politique, il y aurait bien moins de « cathophobie ».