Je lis fréquemment des affirmations péremptoires selon lesquelles la pensée précède le langage, que les mots conditionnent ce que l'on peut penser, et d'ailleurs dans 1984, et puis c'est ce que l'on nous dit en cours de linguistique (*), etc.

Tout aussi péremptoirement, on (notamment des docteurs en linguistique computationnelle (**)) m'explique que ceci c'est l'hypothèse de Sapir-Whorf, largement discréditée chez les scientifiques.

Je pourrais tenter de me former ma propre opinion, mais je suis sûr que si je l'exprimais, je me ferais péremptoirement reprendre.

(*) Imaginer ici le ton du bon élève qui récite son cours. Affirmation à prendre avec des pincettes, chaque domaine scientifique ou technique ayant tendance à grossir sa propre importance dans les discours aux étudiants et aux décideurs. De toute façon, se méfier des faits péremptoires ressortis par des étudiants, il peut fort bien s'agir d'un souvenir déformé de l'opinion personnelle de leur prof.

(**) Imaginer ici le ton du bon élève qui t'explique que, certes, tu es bien gentil avec tes clichés compréhensibles par des étudiants en lettres, mais la réalité est tout de même plus compliquée.