On dit souvent qu'il y a un fossé entre les journalistes et la population qu'ils sont censés informer.

La presse internationale de langue anglaise, commentant la conférence de presse du président de la République française, déplore qu'on ne l'ait pas plus interrogé sur les nouvelles concernant sa vie privée.

L'économie française est dans l'état que l'on sait ; les budgets publics sont serrés, et nous allons probablement au devant d'adaptations déchirantes. Notre système éducatif va mal. Nos tribunaux peinent à juger les suspects et, de toute façon, les prisons sont bondées et les peines pas forcément exécutées. Nos forces armées sont impliquées dans des conflits à l'issue incertaine en Afrique et ailleurs.

Mais non, la priorité devrait être de savoir ce que le président fait de ses soirées privées.