Sur les OGM, les ondes radio, etc. : on hurle parce que les pouvoirs publics ne prennent pas de mesures, alors qu'il n'existe pas d'études démontrant la nocivité.

Sur les encres de tatouage : on hurle parce que les pouvoirs publics prennent des mesures, alors qu'il n'existe pas d'études démontrant la nocivité, seulement des doutes.

Je vois une différence : la personne qui se fait tatouer estime être responsable de son action, tandis que celle qui mange des OGM ou est exposée à des ondes radio estime courir un risque qui n'est pas de son fait. D'où différence de perception : dans un cas, la puissance publique est accusée de se mêler de ce qui ne la regarde pas, dans l'autre de ne pas se mêler assez de la santé publique.