Mmes Sylviane Agacinski et Elisabeth Badinter ont été interrogées par le journal Le Monde au sujet de la pénalisation des clients de prostituées.

J'aimerais savoir si l'une ou l'autre ont réalisé des études sociologiques sur la prostitution (ce qui suppose de collecter ou du moins de compulser des données, de réaliser des statistiques, etc.).

Dans le cas contraire, quelle légitimité particulière ont ces personnes pour s'exprimer ? Ou, autre façon de présenter la question : pour quelle raison Le Monde leur demande-t-elle leur avis ?