Connaissez-vous les « jeunes pour l'abolition » ?

Il s'agit d'un collectif ayant produit un court-métrage du meilleur goût, dont l'argument est en somme « si nous n'abolissons pas la prostitution, demain on proposera services sexuels option fellation comme orientation professionnelle dans les lycées ». Par « abolition de la prostitution » (terme qui comme l'« interdiction du chômage », n'a aucun caractère précis et effectif, ce qui le rend populaire chez les politiciens), ce collectif entend la création d'infractions pénales pour les clients de prostitué(e)s. Outre la remarque facile que si la pénalisation des usagers de drogues avait conduit à leur « abolition », cela se saurait, je vois un autre problème dans cette campagne...

Parmi les 8 organisations du collectif, on dénombre la LMDE, l'UNEF et l'UNL. La première est une mutuelle étudiante, dont la principale activité est la gestion de la majorité du régime obligatoire de sécurité sociale des étudiants. La seconde est une association de défense des intérêts des étudiants, la troisième une association de défense des intérêts des lycéens.

On voit mal en quoi il est de la compétence d'une mutuelle étudiante, largement financée par des prélèvements obligatoires, de faire campagne pour une mesure de droit pénal. Encore une fois, confusion des genres...