Mes fidèles lecteurs savent que je me suis plutôt intéressé à l'informatique embarquée dans les avions (qui, au moins pour la partie la plus critique, répond à des normes draconiennes).

Cet article en dit long sur le laxisme qui règne dans une partie de l'industrie automobile.

Un fait glaçant : certains dispositifs étaient tellement mal conçus qu'il est concevable qu'ils ait mal fonctionné sans pour autant positionner de code d'erreur. La preuve dans le procès évoqué repose sur les traces de freinage indiscutablement visibles sur la route ; gageons que les avocats du constructeur auraient sinon prétexté que le conducteur n'avait pas freiné...

PS On dirait un peu le Therac-25 (multi-tâche mal maîtrisé, etc.). À propos de parallélisme, une anecdote : j'ai un jour demandé à Donald Knuth ce qu'il pensait de ce sujet, et il m'a dit qu'il l'avait toujours soigneusement évité...