Pour ceux qui ignoreraient le fonctionnement du monde de la recherche et de l'université, un des plus grands enjeux y est le recrutement de personnels. En général (bien que cela dépende de la discipline et du sujet), il y a bien plus de candidats que de postes disponibles ; de sorte que certains doivent renoncer, ou du moins patienter dans des situations plus ou moins inconfortables. Ceci, on le comprend, conduit naturellement à se plaindre de la situation.

Le problème éthique posé est simple : il s'agit d'un « jeu à somme nulle », souhaiter la victoire de l'un revient à souhaiter la défaite d'un autre. D'ailleurs, les candidats malheureux expliquent volontiers qu'ils n'ont pas été recrutés alors qu'ils avaient un meilleur dossier que tel ou tel autre, qui a pourtant été admis. J'ai même lu une personne expliquer que quelqu'un lui avait « piqué » sa bourse de thèse... comme si un financement de thèse était un dû.

Dans ces circonstances, que répondre, surtout quand la personne « sur le carreau » est une connaissance proche ? Dans certains cas, je ne connais pas les dossiers, pas le domaine, et ne puis avoir un avis. Dans d'autres cas, c'est pire, je peux en avoir un.

PS Une des choses que je déteste gérer dans mon métier (oui, je sais, « pauvre bichon ») : les demandes d'emplois désespérées. J'ai même vu passer quelqu'un qui voulait refaire un doctorat après en avoir fait un avec une mauvaise mention... Et toutes les demandes de candidats de pays instables ou dictatoriaux, dont on sent qu'ils veulent s'en aller loin vers un avenir meilleur.