Lorsqu'il était candidat à la présidence de la République, l'actuel président se gaussait de « l'hyperprésidence », la manière du président d'alors de se mêler de chaque dossier, surtout si celui-ci avait reçu une attention médiatique.

J'ai appris cette semaine

  • Que François Hollande s'est personnellement mêlé d'un dossier d'ordre de quitter le territoire français et d'expulsion. La politique d'immigration est un sujet d'importance nationale dont le président peut, et doit, se préoccuper ; mais il s'agit alors de discuter d'un problème d'ensemble et non d'un cas particulier mais banal. Quand on aura arrêté de se focaliser sur une collégienne, sa vie et sa famille, on pourra peut-être se préoccuper de concevoir une politique à la fois plus humaine, moins brouillonne et plus efficace.
  • Que François Hollande allait recevoir des patrons de la Ligue 1 de football à propos de l'imposition de leurs joueurs vedette. Un sujet politique majeur, sans doute.

Pendant ce temps, toujours pas de grande réforme fiscale, et la dette continue d'augmenter.