Edward Snowden a révélé au monde l'existence de vastes programmes d'espionnage des communications privées par les services secrets américains. Par une étrange coïncidence, on annonce la fermeture (temporaire) d'ambassades au motif qu'elles seraient menacées d'attaques terroristes, en insistant lourdement sur le fait que cette menace a été détectée par ces programmes, à la défense desquels courent divers hommes politiques américains.

Le Monde dit :

« Ces décisions ont été prises après que des communications suspectes ont été interceptées entre plusieurs leaders haut placés d'Al-Qaida. »

Moi, j'aurais précédé cette phrase de « d'après les autorités américaines »... parce que, jusqu'à présent, nous n'avons pas le moindre début de preuve que 1) les menaces invoquées existent et 2) qu'elles ont été détectées par les programmes d'espionnage en question. Par ailleurs, nous savons que les autorités américaines n'ont par le passé pas hésité à déformer la réalité pour justifier telle ou telle mesure belliqueuse (épisodes du Golfe du Tonkin, justifiant la guerre du Vietnam, ou épisode des supposées « armes de destruction massive »).

Comme je l'ai déjà dit, il me semble curieux et significatif que, sur ces affaires, nous semblons faire confiance à l'administration Obama, alors que par le passé les propos de l'administration Bush étaient largement mis en doute. Est-ce l'effet de la sympathie des journalistes français pour ce président (noir, démocrate, et moins visiblement lié au lobby du pétrole que ne l'état Bush) ?