Quelles que soient les excès des réactions boliviennes, il n'en reste pas moins que cette décision est surprenante de la part d'un gouvernement qui, justement en raison des révélations d'Edward Snowden, s'est publiquement offusqué de ce que le gouvernement américain l'espionnât. Après tout,M.  Snowden n'a rien fait contre la France, et même, si toutefois on s'en tient aux déclarations de François Hollande sur l'opportunité d'un traité de libre échange avec un pays qui espionne le nôtre, lui a rendu service. Ce n'est pas l'affaire de la France si la Bolivie accorde l'asile à M. Snowden.

Il me semble qu'il y aurait matière à de sérieuses questions au gouvernement sur les motivations de cette décision... peut-être demain à l'Assemblée nationale ?