Nicolas Sarkozy a longtemps défendu la mise en place de peines « plancher » automatiques afin de combattre ce qu'il percevait comme du laxisme chez les juges.

Le Conseil constitutionnel a confirmé la décision de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques rejetant le compte de campagne de Nicolas Sarkozy. Cette confirmation déchoit automatiquement Nicolas Sarkozy et son parti du remboursement des frais de sa campagne par l'État.

Nicolas Sarkozy proteste contre cette décision, qu'il juge indigne : comment ose-t-on lui appliquer automatiquement une peine qu'il juge disproportionnée !