Le projet de loi sur l'enseignement supérieur, finalement, prévoit de bien modestes changements concernant l'usage de langues étrangères telles que l'anglais :

Article 2 Après le premier alinéa du II de l’article L. 121-3, est inséré un alinéa ainsi rédigé : « Des exceptions peuvent également être justifiées par la nature de certains enseignements lorsque ceux-ci sont dispensés pour la mise en œuvre d’un accord avec une institution étrangère ou internationale tel que prévu à l’article L. 123-7 ou dans le cadre d’un programme européen. »

Nulle mention de changements permettant de faciliter le recrutement de doctorants étrangers, ou d'élargir le lectorat des thèses soutenues en France.

La pratique, largement répandue en sciences, de la rédaction de thèses en anglais relève de dérogations aux fondements juridiques fragiles, voire inexistants.

J'ai donc écrit au rapporteur de la loi pour lui suggérer une modification en ce sens.