Suite au billet sur la féminisation des métiers de la recherche, on m'informe de cet article.

J'y lis :

« Que peut-on alors utiliser ? Beaucoup préfèrent le point médian (« les personnes motivé·e·s »), neutre typographiquement. Il s’obtient en maintenant la touche Alt enfoncée et en tapant 250 sur le pavé numérique – sur les claviers Mac c’est en tapant Alt+majuscule+F. »

Le cas particulier du système Microsoft Windows est présenté comme la normalité qui va de soi, puisque n'exigeant aucun avertissement introductif (du type : « Sous Microsoft Windows... »). Le cas du Mac est explicitement présenté comme une exception. Aucune mention du fait que, par exemple sous Linux (*), c'est Compose (aussi connue comme Multi_key) ^ . (compose - chapeau - point). Aucune mention du numéro unicode U+00B7.

Ce type de présentation, où il va de soit que les gens utilisent un certain système développé par une société commerciale, entretient bien sûr la rente de cette société : vu que « tout le monde » est réputé utiliser ce système, toutes les recommandations, toutes les instructions, tous les tutoriaux sont fournis pour celui-ci, ce qui évidemment assure sa prééminence — peu de gens ont envie d'avoir un système qui vous fait passer pour un original, vous garantit l'incompréhension des hot-lines, et sera incompatible avec de nombreux autres produits.

En fait, c'est un peu comme tous ces gens qui supposent que vous êtes forcément hétérosexuel cis-genre, ou mangeur de viande.

(Plus sérieusement, je me demande comment ces artifices orthographiques et typographiques passent dans les logiciels de rendu vocal et les tablettes Braille, utilisés par les aveugles et malvoyants.)

PS : Ce billet est un appeau pour un geek d'unicode homosexuel de ma connaissance. La phrase suivie d'un (*) est également un appeau à militants. On va voir si ça fonctionne.