Il me semble me rappeler que l'été dernier, alors qu'il faisait (très) chaud, le Canard Enchaîné raillait je ne sais quel (sous-)préfet qui invitait les communes dans sa zone de compétence à vérifier leurs stocks de sel, sable et matériels de déneigement. Ah ah ah ! Quel sot !

Moi, cela ne me choquait pas. Vu le fonctionnement des organismes publics, où les achats doivent passer par des procédures et des marchés contrôlés, cela ne m'étonnait pas qu'il fallût se préoccuper dès l'été de passer les commandes pour l'hiver — sachant qu'il peut yu avoir des épisodes neigeux intenses dès novembre. (*)

Certains s'étonnent que les trains aient du mal à circuler, voire ne circulent plus, par temps de neige, tandis qu'on y arrive bien en Suède et au Canada. Combien parmi ceux-ci hurleraient à la dépense inconsidérée et au surdimensionnement si nos trains devaient à la fois être qualifiés pour des hivers suédois ou canadiens, et pour des étés sahariens ? Hé oui, en France métropolitaine on peut avoir la canicule en été et la neige en hiver.

Ceux qui se plaignent de la dépense publique sont-ils prêts à ce que l'on paye des équipes d'astreinte au cas où il y aurait des intempéries ? Avec du matériel redondant disponible ?

(*) J'ai à ce propos une petite anecdote. Je travaillais il y a 15 ans dans un bureau en aluminium et verre aménagé sur une terrasse, intenable en été (les concepteurs avaient mis des fenêtre à ouverture vers l'intérieur moins haute que les bureaux placés devant... donc qu'on ne pouvait ouvrir) sauf à utiliser la climatisation (pas d'origine). Nous avons essayé celle-ci au printemps, elle ne fonctionnait pas ; nous avons donc réclamé sa réparation. Suite à divers problèmes d'appels d'offre, celle-ci n'a été réparée qu'en septembre. J'ai passé l'été en Californie pour échapper à la chaleur parisienne.