Un éditeur (au sens de publisher et non d'editor) m'envoie un courriel me demandant si je peux expertiser un article de journal. Je lis le résumé, c'est tout à fait dans mes cordes. Le nom des auteurs n'est pas précisé et j'ai des problèmes pour me connecter au site de l'éditeur (publisher), site par ailleurs très mal fait — il envoie les articles à expertiser sous forme d'un immonde collage PDF de pages d'en-tête, de texte et de figures pas toutes dans le même format papier, un délice pour l'imprimante. J'accepte l'expertise. Quand je peux enfin télécharger l'article, je m'aperçois que j'ai un double conflit d'intérêts (trop proche des deux auteurs). J'essaye de refuser l'expertise via le site, impossible car j'ai déjà accepté. Je dois donc contacter l'éditeur (editor) du numéro spécial pour m'excuser platement.

On me dit souvent que les éditeurs (publishers) fournissent un service important, qu'ils gèrent le processus d'expertise par les pairs (peer review). Mon expérience de ce grand éditeur est qu'il le gère mal : non seulement il automatise au maximum le processus (ce qui fait que ça ne doit pas lui coûter très cher) mais il impose de passer par un site mal fichu (incomparablement moins pratique qu'EasyChair, par exemple).

Encore une fois, une demande aux scientifiques hors informatique : concrètement, que font les éditeurs pour vous ? La mise en page ?

(Remarquons que l'anglais est plus précis, car il ne confond pas l'éditeur scientifique (editor), qui sélectionne les articles, et l'éditeur au sens commercial : secrétariat, relation avec les imprimeurs, vente aux bibliothèques.)