Certains s'émeuvent de ce que l'on puisse fabriquer des pièces de fusil à l'aide d'imprimantes 3D.

Un bref rappel. Ce n'est pas nouveau que l'on puisse fabriquer chez soi des pièces en « matières plastiques ». J'ai ainsi vu il y a 25 ans un particulier réaliser (à l'aide de plans achetés) son propre petit avion : il avait certes acheté certaines pièces (dont les deux moteurs thermiques), mais avait réalisé lui-même les pièces de la carlingue (et sans doute aussi les gouvernes), il me semble en résine époxy coulée sur une matrice de fibres. Il fallait certes réaliser des moules, ce qui était fastidieux. Ce qui semble nouveau, c'est la possibilité de réaliser des détails un peu fins d'après plan informatique (au prix, certes, d'une longue attente et probablement de beaucoup de ratés : tout plan ne se prête pas à l'impression).

Toutefois, parmi les éléments principaux d'une arme à feu on trouve un canon en acier rayé, et une culasse, qui doivent supporter des pressions et des températures élevées. On imagine mal ces pièces fabriquées en plastique thermofusible par une imprimante 3D. Par ailleurs, je m'interroge sur la résistance aux chocs des pièces fabriquées par ces engins : je constate expérimentalement que les fermetures éclair en plastique ont largement plus tendance à ne pas fonctionner correctement que celles en métal, et j'aurais peur de problèmes similaires s'agissant de pièces en plastique imprimées... (« Damned ! Mon arme s'est enrayée ! »)

J'éprouve un certain scepticisme en ce qui concerne la perspective alarmiste qu'un quidam puisse fabriquer une arme à feu chez lui avec son imprimante 3D. On m'explique que ce qui est en réalité en jeu, c'est la possibilité de transformer une arme au chargeur et à la répétition limitées en une arme permettant un tir plus soutenu par substitution de pièces, ce qui me paraît tout de même un problème différent... et très propre aux États-Unis, où l'on ergote pour savoir si telle taille de chargeur est ou non acceptable dans une société civilisée. C'est en quelque sorte la version « Bowling for Columbine » du vélomoteur « kité »...