Aux États-Unis, une vidéo montre une machine de vote électronique transformant un vote Obama en un vote Romney.

Bien entendu, une polémique s'ensuivra, surtout si Obama perd. On a déjà voulu argumenter que Romney (ou du moins sa famille et ses amis) possédait des parts dans des fabricants de machines de vote...

Ceux qui en France promeuvent les machines de vote devraient réfléchir à ce type de situation : une élection est contestée suite à des dysfonctionnements réels ou supposés, dont on ne connaît pas l'importance ; des liens économiques ou politiques sont relevés (le maire de la ville, qui gère les machines, est proche politiquement d'un des candidats, ou similaire) ; une dispute technico-juridique s'ensuit. Sachant que la confiance de la population dans les « experts » est sans cesse remise en cause (à tort ou à raison), on imagine le désordre et la confusion.

Imaginons-nous dans quelques années, une polémique qui enfle. On fait quoi ? On nomme une commission d'experts (pourquoi pas présidée par Gérard Berry) qui va produire un rapport du type « de toute façon on ne sait pas si on a changé le logiciel de la machine entre le vote et l'expertise » ? Ou si elle conclut à l'absence de fraude, gageons qu'on examinera à la loupe la vie professionnelle et privée de chacun des participants, à la recherche d'un lien politique ou économique... Et de toute façon on ne lui fera pas confiance.

PS Encore de la polémique.