Marion Maréchal Le Pen à propos du remboursement de l’IVG: « Ce n’est pas à l’État de réparer les inattentions des femmes. »

Dans un pays où le corps médical promeut la pilule (qui peut s'oublier, se vomir, ne pas fonctionner en raison du décalage horaire, etc.) par opposition à des moyens comme le DIU (stérilet), les implants, etc. cette assertion paraît déjà critiquable.

Surtout, j'ignore si Mme Maréchal Le Pen envisage d'étendre cette règle à toutes les conséquences d'inattentions qui coûtent de l'argent à la Sécurité sociale :

  • Tu fais de la moto parce que c'est cool et que ça permet de te faufiler dans les embouteillages ? Tu ne remarques pas une zone glissante par terre et tu te vautres ? L'État (enfin, la Sécurité sociale) n'a pas à payer pour tes inattentions. Et puis, tu n'avais qu'à prendre ta voiture ou les transports en commun.
  • Tu fais du ski parce que c'est cool ? Tu ne remarques pas un caillou, tu te vautres et tu finis dans le coma ? L'État (enfin, la Sécurité sociale) n'a pas à payer pour tes inattentions. Et puis, tu n'avais qu'à rester chez toi. (Et puis, la réanimation, ça coûte considérablement plus cher qu'une IVG, sans parler de l'hélicoptère du SAMU.)
  • Tu fais la cuisine et, inattention, tu t'ébouillantes ? L'État (enfin, la Sécurité sociale) n'a pas à payer pour tes inattentions.
  • Tu es une femme âgée et souffrant d'ostéoporose, tu ne fais pas attention à l'huile que tu as versé par terre en faisant la cuisine, tu glisses et tu te casses le col du fémur ? L'État (enfin, la Sécurité sociale) n'a pas à payer pour tes inattentions.

Mais peut-être les journalistes ont-ils mal rapporté la pensée de Mme Maréchal Le Pen.