On m'indique que Vincent Berger aurait écrit, dans une synthèse de travaux des Assises de l'enseignement supérieur et de la recherche :

« Toutes les personnes auditionnées pointent le coût en argent et en temps, et les difficultés juridiques et administratives paralysantes. »

Si j'étais vulgaire, je dirais « No shit, Sherlock. », mais je me contenterai plutôt d'exprimer un contentement intense mais toutefois empreint de dignité.

PS Un intéressant article sur les recrutements et promotions dans l'enseignement supérieur espagnol et sur les chances supérieures des candidats s'ils connaissent des membres du comité.

La conclusion est intéressante : pour faire cesser le copinage qui aboutit à des recrutements de qualité inférieure, plutôt que de concocter des règles ou une nouvelle procédure de recrutement, la meilleure solution est de récompenser ceux qui réussissent et pénaliser ceux qui ont de mauvais résultats ; chacun comprendra vite que son intérêt est d'optimiser la qualité de ses recrutements plutôt que de prendre les copains même s'ils sont mauvais. C'est très libéral dans l'idée !