Le site LeMonde.fr, associé au journal Le Monde, publie un article intitulé « Pour survivre, Wikipédia cherche de nouveaux contributeurs ».

Depuis que Wikipédia existent, divers journaux ont régulièrement prédit son imminente disparition : elle devait être tuée par des encyclopédies en ligne plus « recommandables » où écriraient des experts, comme Google Knol ou Larousse (Google a depuis abandonné Knol, où florissaient d'ailleurs plagiats, théories personnelles douteuses voire propagande raciste) ; elle ne devrait plus arriver à se financer par les dons des internautes ; le dernier argument à la mode est la baisse du nombre de contributeurs. Le Monde publiait d'ailleurs le 1er février 2007 un billet d'humeur (par ailleurs aux relents parisianistes et sexistes) où Francis Marmande annonçait la disparition de Wikipédia sous deux ans, la comparant à des produits à la mode dans sa jeunesse :

« Elle ignore donc que dans deux ans Wikipédia aura laissé une trace aussi indélébile que le hula hoop, le Teppaz et la Juvaquatre ? »

Tout cela serait en soi déjà assez ridicule, et devrait inciter journalistes et commentateurs à la prudence. Dans le cas du Monde, le ridicule est aggravé par la santé fragile de ce journal, qui déjà a dû, pour sa survie (et là, pour de bon : pour éviter la faillite) faire appel au trio Pigasse - Niel - Bergé pour le financer. C'est ainsi que la presse nationale quotidienne française de gauche ou du centre doit sa survie à la munificence des banquiers...

Encore une fois, un peu moins de sentationnalisme crédibiliserait le journalisme français.