Henri Guaino aurait déclaré « Si les députés sont obligés de justifier chaque dépense, alors ils ne seront plus libres. »

En théorie, en France, professeurs d'université et chercheurs jouissent de libertés garanties par la loi ; ces garanties légales sont censées empêcher que le pouvoir politique ne se mêle de dicter les résultats scientifiques (*).

Il n'empêche que les dépenses des laboratoires de recherche doivent être minutieusement justifiées.

Je pense pour ma part que nous allons trop loin dans la bureaucratie de ce point de vue ; mais où était donc monsieur Guaino quand il s'agissait de dénoncer l'étouffement sous les procédures gestionnaires ?

Profondément, n'y a-t-il pas une certaine absurdité, un certain aveuglément par rapport aux conflits d'intérêts, à demander à un groupe restreint de définir ses propres règles de rémunération et d'imposition ?

(*) Contentons-nous de rappeler le cas du lyssenkisme en Union soviétique, ou plus récemment la proposition de membres de la législature d'un état américain fédéré de dicter les méthodes de prévision des hausses du niveau de la mer.