Mon hobby : parler à des étrangers, tenter de les convaincre de diviser leur salaire par 2 ou 3 par rapport à ce qu'ils auraient ailleurs, pour la gloire de la recherche française.

PS : Une coïncidence : cet article sur les salaires suisses, qui omet toutefois de préciser que :

  1. En Suisse, il n'y a essentiellement que deux universités scientifiques, les deux écoles polytechniques fédérales de Zürich (ETHZ) et Lausanne (EPFL). (Bon d'accord, il y a des postes d'informatiques ailleurs, par exemple celui de ma collègue Natasha Sharygina en suisse italienne, mais...)
  2. Ces établissements n'ouvrent pas de postes permanents équivalents aux maîtres de conférence français, mais seulement quelques rares postes de full professors. Tout le reste des enseignants chercheurs est en CDD, et destiné à être éventuellement jeté à 35 ans.

Mais, effectivement, discutez un peu avec des suisses, ils vous diront en somme que la France c'est le Tiers-Monde.