Un petit échange avec un ex-ministre :

Luc Ferry : "applaudit" la fin de la semaine de quatre jours, une décision "insensée" (via @franceinfo) franceinfo.fr/education-jeun…

Votre serviteur : @FerryLuc @franceinfo Cher Luc, quand vous étiez professeur des universités, vous faisiez bien la semaine de 0 jours de cours?

Luc Ferry : @dmonniaux @franceinfo Je vous concède que quand j'étais ministre je ne faisais pas cours. C'est scandaleux, j'avoue tout !

Votre serviteur : @FerryLuc @franceinfo Et quand vous ne l'étiez plus?

@FerryLuc @franceinfo Vous avez une idée de la surcharge horaire de bon nombre de maîtres de conférences et de professeurs?

Je me demande si le compte @FerryLuc n'est pas un fake (compte faussement ouvert au nom d'une personnalité) ou, s'il s'agit d'un compte authentique, si celui-ci n'a pas été piraté, car quelques secondes plus tard...

Luc Ferry @RemiMathis @m_c_scappa et que vos leçons de morale vous pouvez vous les carrer où je pense ?

Je ne pense pas qu'un collègue universitaire, ancien ministre, s'exprimerait ainsi.

Note : Je fais tout à fait la différence entre un fonctionnaire, par exemple un professeur des universités, qui est détaché pour assumer d'autres fonctions à temps plein et en étant payé par un autre organisme, et un fonctionnaire qui est payé alors qu'il n'assume pas les tâches qui lui sont statutairement dévolues. Le premier cas ne pose aucun problème ; j'ai moi-même été professeur agrégé pendant plusieurs années sans mettre les pieds dans un lycée, tout simplement parce que j'étais en détachement dans d'autres organismes, où je travaillais à temps plein et qui payaient ma rémunération.

En l'espèce, je ne critique que la dispense de cours sans motif lié à l'enseignement, la recherche ou l'administration de ceux-ci... Il existe des motifs tout à fait valables pour qu'un professeur des universités soit dispensé de cours, par exemple l'exercice de hautes fonctions universitaires (président, vice-président...). Je pourrais également concevoir la dispense pour un professeur particulièrement productif en recherche et qui doit monter des expériences prenantes. Rien de tout cela dans le cas évoqué plus haut.

Pour ceux que ce vocabulaire administratif perdrait : la position normale d'un fonctionnaire est d'occuper un emploi convenant à son corps et à son grade (par exemple, pour un professeur agrégé d'enseigner en lycée). Un fonctionnaire peut être placé en détachement, c'est-à-dire qu'il va travailler dans un autre type d'emploi ; mais alors il est rémunéré par l'organisme ou l'administration qui l'accueille (par exemple, un professeur agrégé peut être détaché comme attaché temporaire d'enseignement et de recherche dans une université).

Cette situation est bien distincte de la mise à disposition, où un fonctionnaire reste rémunéré par son administration d'origine alors qu'il accomplit d'autres tâches. Pareil arrangement est parfois nécessaire, mais alors il peut y avoir une convention entre l'administration d'origine et celle d'accueil, cette dernière remboursant l'administration d'origine de tout ou partie du salaire du fonctionnaire.