On me signale cet article.

Morceaux choisis :

  1. La DCRI dispose d’une équipe de serruriers… du net. Des informaticiens capables de voyager dans le temps en retrouvant tout ce qui a été tapé sur un clavier jusqu’à un million de caractère en arrière
  2. David (officier de la DCRI) nous donne quelques explications : « Maintenant, nous n’avons plus besoin de partir avec l’ordinateur, nous siphonnons le contenu à distance. Il y a des gens chez nous, à la section R, qui font ça très bien. Si la cible ne se connecte jamais sur Internet, ni sur Wi-Fi, nous devons aller sur place pour faire un double du disque dur. Une opération rapide et indolore. »
  3. Ce modèle réduit des grandes oreilles américaines (Echelon), que de mauvaises langues ont baptisé Frenchelon, fonctionne grâce à des Cray, les plus puissants des ordinateurs, capables de filtrer des millions de messages en permanence à l’aide de mots clés.

Dois-je commenter ?

PS Deux co-auteurs de ce livre, Olivia Recasens et Christophe Labbé, s'étaient également illustrés il y a quelques années par un article dans Le Point « Wikipédia, une encyclopédie pas si Net », que j'avais jugé plutôt biaisé et mal informé.

Mes commentaires :

  1. Impossible en général mais facile avec un dispositif électronique installé dans le connecteur clavier ou un logiciel espion « keylogger ». Nécessite une intervention sur la machine ciblée (pour le logiciel espion, intervention éventuellement à distance en profitant d'un trou de sécurité).
  2. Possible à distance en utilisant des trous de sécurité sur la machine cible. Sinon, copier sur place est évidemment possible, par exemple en démarrant la machine sur un système d'exploitation externe. Attention : avoir un double du disque dur ne vous aide nullement si celui-ci est chiffré et que les clefs de chiffrement sont gérées avec soin.
  3. Je ne vois pas trop l'intérêt d'utiliser des supercalculateurs type Cray, conçus pour le gros calcul scientifique, pour des recherches de texte et du cassage de chiffrement simple. Il me semble que chez Google, on n'utilise pas de supercalculateurs, mais tout simplement une énorme quantité de PC assez ordinaires. Par ailleurs, si Cray fabriquait effectivement il y a 25 ans les supercalculateurs parmi les plus puissants du monde, ce n'est plus forcément le cas de nos jours ; je me permets par ailleurs de douter que la DCRI se paye un Cray XT5 (ce genre d'engins est plus utile pour calculer des armes nucléaires que pour espionner des communications).

Bref, pas totalement n'importe quoi, mais me semble largement romancer les choses — on se croit dans du sous-Tom Clancy.