Certains diabolisent le rôle de la finance, d'autres voient toute critique de celle-ci comme une tentation d'en revenir aux vieilles recettes de l'Union soviétique. Comme tout à chacun finit par s'exprimer là dessus, indépendamment des qualifications des uns et des autres, pourquoi pas un petit billet sans prétention ?

Pour moi, la finance (traders, banquiers, etc.), et plus généralement la « superstructure économique » (grands patrons, cadres supérieurs, etc.) jouent en système capitaliste le même rôle que la bureaucratie joue en système communiste. L'économie, ce n'est jamais que l'ensemble des processus qui allouent des ressources (main d'œuvre, terrains, matières premières...) sur des activités, répondant à des besoins ; et cette allocation se fait par les bureaucrates supérieurs précités.

Se posent ensuite deux questions :

  • Quelle est l'efficacité du processus ? Posons autrement la question : quelle part de l'économie est consommée par le pouvoir d'achat des bureaucrates (qu'ils constituent la Nomenklatura soviétique ou les cadres capitalistes) ?
  • Cette bureaucratie gère-t-elle bien l'économie ? Pourrait-on faire mieux ? Notamment, l'économie n'est-elle pas gérée en fonction des intérêts de la bureaucratie et non de l'ensemble de la population ?

Une fois posée en ces termes, le problème me semble bien plus général et unificateur, surtout s'il s'agit de comparer des pays entre eux.

(Cette unification du concept de bureaucratie supérieure s'étend à la bureaucratie inférieure. Ainsi, on dénonce régulièrement le fait que la France a plus de fonctionnaires et assimilés, en proportion, que d'autres pays. Or, en France, sont fonctionnaires notamment les enseignants, alors que dans d'autres pays, les enseignants des écoles publiques ne sont pas comptabilisés comme tels ; de même, les employés de droit privé de la Sécurité sociale sont souvent comptabilisés comme assimilés fonctionnaires, alors que dans d'autres pays il y a des assurances privées avec d'importants personnels. Il me semble plus pertinent de comparer par fonction que par statut, si le but est de déterminer que telle ou telle fonction mobilise trop de personnel.)