Je lis chez le Guardian que les scientifiques ne comprendraient pas le journalisme. En résumé, les scientifiques insisteraient pour que les articles contiennent des précisions et des réserves qui n'intéressent pas le lectorat de la presse, et si on suivait leurs suggestions, personne ne lirait les articles traitant de science tellement ils seraient ennuyeux.

Il me semble, au contraire, que la plupart des scientifiques comprennent que le but du journaliste est d'attirer le lectorat, mais que, simplement, ils ne sont pas d'accord avec les moyens, ou avec la nécessité de raconter des fadaises pour retenir le lecteur.

Il me semble également pertinent de rappeler que, en France du moins, la grande presse quotidienne nationale généraliste est déficitaire et ne tient que grâce à des subventions (il me semble que le seul quotidien parmi l'Humanité. la Croix, le Figaro, le Monde et Libération qui ne soit pas en péril est le Figaro, et encore uniquement parce qu'ily a Dassault derrière et un business Internet et communication autour du journal). Ce que l'on nous répète, c'est que la presse c'est comme ça et que ce doit être comme ça parce que c'est ce qui plaît aux lecteurs, mais justement, les lecteurs boudent cette presse-là...

(NB : J'essaye, pour ma part, de différencier ce que je dis à titre d'opjnion ou d'appréciation personnelle, soit la plus grande partie de ce blog, ce que je dis à titre d'expert professionnel, soit mes publications scientifiques et une partie de ce blog, et la version « en gros pour donner l'intuition » de mes connaissances professionnelles.)