Les chaînes de télévision ont obligation de financer la production cinématographique. Les prestataires d'accès à Internet sont taxés pour financer la « création ». La justification est qu'ils profitent de la création culturelle et donc donc doivent financer les créateurs : tout travail mérite salaire.

Dans les prochains mois, nous allons assister à une des plus grandes farces théâtrales qui soient : la campagne électorale pour l'élection présidentielle : « petites phrases », « débats » où l'on demandera à untel s'il est encore des amis d'untel', chiffres non justifiés, indignations, appels aux grands sentiments... Pourtant, certains acteurs de ce théâtre seront mal rémunérés : les candidats faisant moins de 5% des voix au premier tour.

Pourtant, la grandeur théâtrale d'un candidat n'est pas en proportion de son succès. Rappelons-nous Georges Marchais, ou Arlette Laguiller. Pauvre Arlette ! Elle revenait tous les 7 ans nous rappeler notre sort. Pourtant, aucune chaîne de télévision ne la rémunérait pour ses prestations !

La France est un pays très inventif en matière de taxes. Je suggère donc une taxe sur les télévisions commerciales, destinée à abonder les financements des petits candidats.