On nous rebat sans cesse les oreilles avec le fameux outil Web of Science, auxquels nos institutions scientifiques sont abonnées (si j'ai bien compris, pour un coût assez important), car il sert à faire la fameuse bibliométrie ; cet outil est censé être bien plus fiable que Google Scholar, qui prend en compte tout et n'importe quoi.

Je me suis livré à quelques expériences sur ma propre bibliographie (pas par égotisme, mais parce que je la connais bien). Je trouvais des indicateurs curieusement faibles. J'ai fini par chercher l'article co-écrit avec mes collègues du LIENS et publié à PLDI 2003, A static analyzer for large safety-critical software, article qui a eu (sans me vanter) un certain retentissement dans le domaine de la vérification de programmes.

Cet article est répertorié sur Web of Science comme cité une fois. En revanche, sur Google Scholar, il est répertorié comme cité 313 fois. Même en comptant qu'une partie de ces citations sont des rapports de recherche, des mémoires de master etc. mis en ligne sans passage par un comité éditorial, il en reste un grand nombre tout à fait vérifiables, en tout cas plus d'une.

Conclusion : l'usage de Web of Science est à prohiber pour la bibliométrie en informatique.