Dans les Les jeux du pouvoir : Portraits, moeurs et vanités, un haut fonctionnaire (probablement du Ministère de l'Éducation nationale) écrivant sous le pseudonyme de Jean de la Fougère écrit, à l'entrée « Privilège », p. 78 :

Le ministre de l'enseignement supérieur demande, en octobre, que l'on s'assure que les enfants des journalistes influents ont bien une place dans l'université qu'ils souhaitaient. Ce n'est pas une condition suffisante pour que la rentrée universitaire se passe bien, mais c'est une condition nécessaire.

J'avoue avoir été quelque peu charmé par la façon toute mathématique de bien distinguer les conditions nécessaires des conditions suffisantes ; les mathématiques, voilà bien le rempart contre la chienlit. Sinon, le fond des propos rapportés vous paraît-il réaliste ? J'aurais trop peur que ce blog soit encore accusé de poujadisme, anti-élitisme, hostilité gratuite envers les vedettes du journalisme, etc.

Au passage, on peut dire ce que l'on veut des grandes écoles, mais au moins, avec un recrutement sur concours, dont les épreuves écrites sont anonymisées, on limite le rôle du piston.