J'apprends via Mélodie Faury que mon émérite collègue Jean-Marc Lévy-Leblond aurait en substance déclaré, dans un colloque tenu ce matin :

« Les scientifiques ne connaissent en général ni leur histoire, ni leur philosophie, ni leur sociologie. »

Cette assertion est de caractère sociologique : elle exprime l'existence d'une caractéristique dominante dans une population donnée (les scientifiques). Lorsque l'on fait œuvre scientifique, pareille assertion doit être étayée par des études. Sinon, il s'agit d'une impression personnelle (qui peut ou non être vraie), autrement dit d'un travail « au doigt mouillé », éventuellement entaché de préjugés ou de biais de sélection dans le but de défendre une thèse.

Quelques exemples d'assertions du même genre, entendues ici et là (je n'entends exprimer ici aucune approbation ou improbation à leur sujet) :

  • « Les familles vietnamiennes prêtent beaucoup d'attention à l'éducation et aux résultats scolaires des enfants, qu'ils veulent voir suivre des formations prestigieuses garantissant l'accès à des emplois bien connotés socialement. »
  • « Les mathématiciens sont souvent distraits et en général manquent de bon sens dans leur compréhension de la société. »
  • « Les chercheurs et enseignant-chercheurs en informatique qui font du hard et de l'implémentation de protocoles ont en général beaucoup plus l'air de geeks que ceux qui font de la logique ou de l'algorithmique. »
  • « La plupart des doctorants en biologie sont des médiocres qui se sont retrouvé là, et sont employés comme laborantins. »

Je soupçonne que mon émérite collègue n'a pas fait les études sociologiques nécessaires, avec questionnaires, sélection non biaisée de population d'étude. Dans cette hypothèse, il serait dans la position assez curieuse et cocasse d'accuser ses collègues scientifiques d'ignorer la sociologie de leurs disciplines, tandis qu'il ignorerait les règles scientifiques du travail sociologique.

D'autre questions : avant de parler des « scientifiques », il conviendrait de s'interroger sur cette notion. Qui est « scientifique » ? Les chercheurs et enseignants-chercheurs de sciences exactes ? Rejette-t-on les sciences sociales, les sciences humaines ? Les ingénieurs sont-ils des scientifiques ? Étant donné la grande hétérogénéité des ingénieurs, ne faut-il pas distinguer dans cette profession ? Comment faire des généralités sur les disciplines scientifiques, si hétérogènes dans leurs modes de fonctionnement ? Etc.