J'entends parfois dire que l'on ferait de grandes économies en supprimant le CNRS, nid de « chercheurs » fonctionnaires fainéants et qui ne font rien pour notre belle industrie (à quelques exception près). On nous rappelle parfois que pareil statut n'existe pas dans d'autres grands pays scientifiques, par exemple aux États-Unis (en oubliant opportunément au passage que les salaires des professeurs d'université américains sont supérieurs, et qu'un professeur américain titulaire de la tenure est quasiment non licenciable).

Quelques éléments. Le CNRS emploie environ 11000 chercheurs fonctionnaires. Par comparaison, l'État emploie environ 17000 gendarmes mobiles (militaires de carrière) et 15000 CRS (fonctionnaires eux aussi). J'aimerais que l'on compare ces chiffres, rapportés à la population, à celles des polices anti-émeutes d'autres pays (même si, bien sûr, les CRS ont d'autres fonctions). Il est possible que l'anomalie ne sont pas tant du côté du CNRS...

(Je précise au passage que ce billet n'est une attaque ni contre les CRS ni contre les gendarmes mobiles. Un de mes anciens étudiants a fait officier de mobile par volonté de « voir du pays », et le mari d'une amie est CRS « par timidité » ; il ne me viendrait pas à l'esprit de contrarier pareilles vocations.)