On savait depuis longtemps que le système d'autorités de signature pour les transmissions chiffrées sur Internet (SSL) avait de gros points faibles, permettant notamment des attaques par des pirates décidés, éventuellement affiliés à des états tels que l'Iran.

L'EFF rappelle le problème et propose de lancer un programme de recherche pour le pallier.