Je viens de recevoir un « bon à tirer » d'un article scientifique dont je suis co-auteur, à paraître chez un grand éditeur. Les auteurs doivent faire la plus grande part de la mise en page et envoyer leur texte déjà formaté en LaTeX, le standard du traitement de textes mathématique ; le courriel reçu ne porte donc que sur d'éventuels problèmes mineurs. Sans surprise, il m'est expédié par un sous-traitant localisé en Inde ; c'est le cas de tous ceux que j'ai reçus ces dernières années, à l'exception, je crois, de quelques uns provenant d'un sous-traitant estonien.

J'aimerais, encore une fois, que l'on m'explique où part l'argent des abonnements coûteux aux revues et publications scientifiques, si la mise en page est par l'auteur et que le reste est sous-traité en Inde.

Parallèlement, je reçois des offres commerciales pour la relecture d'articles par des anglophones ayant une formation scientifique supérieure. Je suppose qu'eux aussi sont en Inde.

À quand la délocalisation complète de la recherche en Inde ?